tortue-sexe.jpg

Prendre le temps d’explorer le corps du partenaire. Se regarder dans les yeux. Caresser une partie du corps qui nous échappait dès lors. Faire une pause. Se considérer, à chaque fois, explorateur face à sa terre promise.

Le « slow sex » préconise, vous l’aurez compris, la lenteur des ébats amoureux. Car à l’instar de notre vie toute entière, notre sexualité est victime de l’accélération de notre train de vie. La fatigue, le manque de temps, mais surtout ce besoin récurrent de performance (si cher à notre époque) pèse lourd au moment du passage à l’acte. Rapidité et efficacité sont devenus les mots à bannir de notre chambre à coucher.

Adopter le « slow sex » c’est à nouveau prendre le temps de re-créer (ou simplement créer) le lien qui unit deux êtres au même moment, au même endroit.

Publicités