ane.jpg

Le « slow travel » n’est pas un nouveau service touristique lancé par les agences de voyages : c’est une autre manière de concevoir ses vacances, en mêlant le respect de l’autre à l’aventure.

Depuis combien de temps n’avez-vous pas profiter d’un pastis, à l’ombre d’un petit café dans le midi de la France ? De la chaleur des gens du Nord ? Depuis quand ne vous êtes-vous pas amusés à vous perdre dans une ville inconnue ? L’idée vous donne envie, vous manque ? Devenez un « slow traveller ». La curiosité et l’écoute sont les premières qualités requises. Ainsi nous sommes plus à même de re-découvrir la nature, la culture et la gastronomie d’une région.

Ne résidez plus une ou deux nuits dans un hôtel avant de vous déplacer. D’ailleurs ne vous déplacez plus. Rester sur place, loin des circuits touristiques, est la meilleure façon de vivre la région. Préférez le marché et ses produits du terroir, au restaurant. Le « slow traveller » n’est pas un colon qui importe ses traditions sur son lieu de villégiature, mais un indigène qui se fond dans la population locale. Il n’a plus une approche « normative » de son environnement, mais sensible et expérientielle ; et le dépaysement qu’il subit en devient d’autant plus intérieur.

Le « slow travel », c’est également un voyage écologique et responsable, ou comment réussir à minimiser son impact sur l’environnement de notre lieu de voyage. Vous pensiez prendre l’avion ? Prenez le train. Vous pensiez prendre un taxi ? Prenez le vélo. Ainsi, vous serez vite surpris par les rencontres que vous ferez au détour d’un chemin.

Ce dernier élément est peut-être la difficulté du « slow travel » : savoir faire confiance et savoir improviser. Bannissez les agences de voyages qui vous offrent toutes les coutumes locales sur un plateau. Au contraire, laissez-vous guider par l’inconnu qui connaît la région mieux que votre carte touristique.

Oui, mais comment faire pour sortir de ses vacances habituelles sans passer une semaine détestable ? La solution est simple : buvez à la source ! Les « slow travellers » de votre entourage sont les meilleurs informateurs qui soient. Prenez le temps de discuter et de partager leurs expériences, souvenirs et bonnes adresses. Vous ne serez pas déçus !

Publicités